• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un petit chat plutôt mal pris

Un petit chat plutôt mal pris - Stef Perreault

Je ne sais vraiment pas à quoi cette personne pensait. L’homme est entré dans un hôpital pour demander d’aider son chat. Ici, les gens ont étudié pour obtenir un emploi d infirmiere ou de médecin, pas de vétérinaire ! Pourquoi pensait-il qu’il recevrait l’aide nécessaire ?

C’est quand même la première fois que j’entends parler d’une telle situation. Mais, il faut dire aussi que ça en prend de tous les genres pour faire un monde, n’est-ce pas ? Par contre, il arrive que parfois, j’aimerais bien faire en sorte que certaines espèces d’êtres humains disparaissent de la surface de la terre. Ceux-là, on pourrait bien s’en passer.

Je ne désire pas devenir infirmier. Je regarde ceux et celles qui font ce type d’emploi, et je me dis que ce n’est pas pour moi. J’ai déjà un travail que j’aime, et même s’il ne paie pas aussi bien que celui d’infirmier, je vais le garder, du moins, pour le moment. Je n’ai pas de diplôme universitaire, parce que je n’ai pas encore décidé ce que je veux faire de ma vie.

Alors, en regardant cet homme qui cherche désespérément de l’aide pour sa petite bête en douleur, presque gisant dans ses bras, je me dis que le poste de vétérinaire pourrait être pour moi. Je crois que c’est quelque chose que j’aimerais. La seule chose qui m’empêche de le faire officiellement, c’est de ne pas savoir si je pouvais être assez bon en biologie. Je ne sais pas non plus si j’ai besoin de cours dans ce domaine, qui seraient vraiment très avancés. Je n’ai aucunement l’intention de faire des chirurgies. Ce n’est pas ce style de travail que je veux faire non plus. Je m’en tiendrais aux examens de bases, à la prescription de médicaments et aux tests de laboratoires. Si l’animal a besoin d’une procédure spécifique, je vais référer les patients à un autre vétérinaire, ou je pourrais travailler en collaboration avec un qui est déjà dans ce domaine, et me joindre à sa clinique.

Ça me semble bien.  En ce moment, par contre, tout ce que je peux faire, c’est offrir d’accompagner ce pauvre homme, qui semble prêt à éclater en sanglots dans la salle d’attente, et l’amener chez le vétérinaire ouvert 24h, tout près de chez moi. Je vais l’accompagner, au cas où son animal de compagnie aurait besoin de se faire endormir, car le pauvre chat semble vraiment souffrir en ce moment.

 

The author:

author

Célibataire à mi-temps, professeur de français intérimaire, je me consacre à l’écriture de nouvelles depuis plusieurs années. Entre les remous de ma vie amoureuse, professionnelle et familiale ma vie est souvent chamboulée. Laissez-vous attirer par le charme de mes tribulations hebdomadaires.