• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une découverte de trésors

Une découverte de trésors - Stef Perreault

Noël approchait. Je n’avais pas encore trouvé les cadeaux pour tous les membres de ma famille. Simplement parce que je n’avais pas pris quelques heures pour rechercher sur Internet, ou pour aller dans des boutiques. Alors que je venais de déposer ma mère au bureau de son conseiller en planification financiere personnelle Québec, j’ai vu un antiquaire dont le commerce était encore ouvert. Par curiosité, je suis entré dans sa boutique. Une magnifique table, en hêtre, était entourée de quatre chaises, dont l’assise était cannelée. Les pieds avaient une forme courbe, ils étaient sculptés. Deux rainures suivaient l’arrondi. Elles finissaient par des têtes de poissons et des vagues. La beauté de cet ensemble m’a conquis dès le premier regard que j’ai porté sur lui. Une coupe à fruits était disposée sur le plateau. En verre, elle avait un pied très travaillé qui supportait la coupole retournée.

Parmi les trésors que le commerçant vendait, une paire de portes en bois naturel, avec de grands miroirs, m’émurent. Elles me rappelaient l’armoire de ma grand-mère, dans sa chambre, et, dès que les portes s’ouvraient, un parfum de lavande et de cèdre s’en échappait. Ces battants étaient parfaits pour que je confectionne un placard sous mon escalier. J’avançais, émerveillé. Des chandeliers en étain, des cuillères en argent, un collier de perles, des plats en barbotine… J’étais dans l’antre d’Ali Baba. C’était comme si les quarante voleurs étaient venus déposer leur butin entre ces quatre murs. Au bout d’une demi-heure et de plusieurs achats, je suis reparti de cette magnifique boutique avec un peu moins d’argent sur mon compte, mais de nouveaux meubles.

Je fus livré le lendemain. Comme je l’avais prévu, les deux battants avec des miroirs avaient les dimensions convenables pour habiller le rangement sous mon escalier. La table rentrait dans la salle à manger, ainsi que les chaises. Quatre n’étaient pas assez pour que je puisse inviter autant de personnes qui pouvaient tenir autour de cette table. J’avais donc acquis quatre autres sièges, presque identiques, dans la même boutique. Mon meilleur ami est passé le soir de cette livraison. Il m’a aidé à installer les meubles. Nous avons pris un délicieux repas, que ma conjointe avait préparé avant son départ pour un déplacement professionnel. Je connaissais sa réaction lorsqu’elle verrait tous ces changements. Elle adorerait notre nouvelle salle à manger disposée de cette façon, je n’en doutais pas et je ne me suis pas trompé.

 

The author:

author

Célibataire à mi-temps, professeur de français intérimaire, je me consacre à l’écriture de nouvelles depuis plusieurs années. Entre les remous de ma vie amoureuse, professionnelle et familiale ma vie est souvent chamboulée. Laissez-vous attirer par le charme de mes tribulations hebdomadaires.